Les causeries et le réel de la vie

Qu’est-ce qu’une femme ? Qu’est-ce qu’un homme ? Ces questions, avec lesquelles la psychanalyse s’est introduite dans le discours de son siècle et y a fait date, se posent, au XXIème siècle, avec une acuité sans précédent. Cette actuelle version du malaise dans la civilisation trouve son interprétation dans l’apparition d’un nouveau signifiant. Si le genre n’est pas un signifiant de la psychanalyse, il est en sans doute un effet, et il marque l’entrée dans une nouvelle époque dont il remanie les discours.
 

Vous, c’est comme signifiants que vous vous sexuez 2». Il faut dire que Lacan a rebattu les cartes à propos du masculin, du féminin - ce « continent noir » sur lequel Freud avait buté - et du phallus, dont il ne s’agit plus du tout de dire que les uns l’auraient quand les autres en seraient privées. Avec l’écriture des formules de la sexuation, Lacan dit bien autre chose : homme et femme sont des signifiants et charge à chaque Un d’y situer son être et sa jouissance. Entre homme et femme, il n’y a pas de rapport, mais plutôt un mur. Ceci fait dire à Lacan qu’il n’y a dans le sexe « rien de plus que (…) l’être de la couleur, ce qui suggère en soi qu’il peut y avoir femme couleur d’homme, ou homme couleur de femme 3». Dès lors, les possibles se déclinent à l’infini dans un vaste nuancier de couleurs, comme autant de singularités auxquelles nous prêterons un oeil et une oreille attentifs. 

Cette année encore, les Causeries font escale à l'Univers pour mettre la psychanalyse à l'épreuve de la création contemporaine avec le cycle "Couleurs de femmes". Dans la musique, l'art, la littérature, le théâtre, la photographie, les artistes et leur oeuvre nous enseignent sur le plus singulier du réel de la vie.
 
Agathe Sultan
Les causeries et le réel de la vie

Infos complémentaires