Vous êtes ici : Accueil Conférences Conférences à Lille Le corps en jeu : entre pseudo-réalité et nouvelles technologie

Le corps en jeu : entre pseudo-réalité et nouvelles technologie

« L'homme est capté par l'image de son corps. Ce point explique beaucoup de choses, et d'abord le privilège qu'a pour lui cette image. Son monde, si tant est que ce mot ait un sens, son Umwelt, ce qu'il y a autour de lui, il le corpo-réifie, il le fait chose à l'image de son corps. » Jacques Lacan, « Conférence à Genève sur le symptôme », 1975.

Les images de corps fascinants, parfois retouchées par informatique, et qui font le tour du monde en quelques secondes ne manquent pas dans notre ère de l'information généralisée : corps à l'inquiétante perfection des top models, corps reconstruits par la science dont certains spécialistes ont réussi il y a peu la première greffe de visage, corps réparés, à l'aide de membres artificiels, comme on a pu le voir lors des derniers jeux olympiques avec Oscar Pistorius. Chez ce dernier, l'intervention des médecins dépasse le simple soin pour confiner à la métamorphose et viser l'exploit sportif. Le regard du spectateur, médusé, est capté par la performance de ce mutant, aux jambes mi-humaines, mi-artificielles, centaure des temps modernes élevé au rang d'être supérieur par la grâce du titane. Quelle « corpo-réification », pour paraphraser Jacques Lacan, conséquence d'une modification inouïe de la perception du corps humain, et donc, de son monde, se donne-t-elle à voir à travers ces avancées de la modernité qui semblent sur le point de dépasser aujourd'hui les inventions les plus débridées des auteurs de romans d'anticipation ? Et que dire des objets « hors-corps » qui complémentent quotidiennement chacun d'entre nous, téléphone, ordinateur portable ou manette de jeu vidéo qui apparaissent comme autant de prolongements de nous-mêmes ? Faut-il considérer que ces corps branchés inaugurent un nouveau malaise dans la civilisation, loin de la névrose freudienne et de son rapport au manque et à la perte, proche de la généralisation d'une jouissance du sujet replié sur lui-même ?
Nous avons hâte de pouvoir soumettre ces interrogations à Anaëlle Lebovits Quenehen, qui interviendra dans notre cycle de conférences sous le titre : « Le corps en jeu : entre pseudo-nature et nouvelles technologies ». Nous vous attendons nombreux, le 1er décembre, à 14h30, pour réfléchir avec nous sur ces questions qui engagent notre éthique.

Pour la commission conférences, Virginie Leblanc.