Vous êtes ici : Accueil Publications Pourquoi la haine ?

Pourquoi la haine ?

En vente sur le site de l'ECF, ECF Echoppe

Politique des affects et modulations de la jouissance
Éric LAURENT

La psychanalyse, avec ce qu’elle avait à dire du malaise de la jouissance dans la
civilisation, relevait du discours psychanalytique. Avec une grande simplicité, qui
relève du tour de force, Lacan élabore une théorie du lien social qui renouvelle les
anciens mots que sont civilisation et culture. Pas la moindre trace de meneurs, de
foules, de père, rien de tout ça. Avec S1, S2, petit a, S, des symboles d’une simplicité
angélique, déjà mis au point dans l’enseignement de Lacan et sa lecture de Freud,
tout s’ordonne. Il y en a pour tout le monde.

 

De la haine des femmes Approches logique et clinique
Claude PARCHLINIAK


Rien, ni dans la nature, ni dans la tradition ne permet de fonder une justification
à la misogynie qui s’exerce effectivement dans le quotidien des femmes. Des
causes inconscientes sont mises au service d’options politiques et/ou religieuses
qui dégradent, méprisent, haïssent les femmes dans la réalité et un certain type
d’organisation sociale s’en prévaut.

 

La haine n’est pas toujours au rendez-vous du crime
José RAMBEAU


Si, comme l’indique ce cas, la dangerosité doit être déchiffrée pour pouvoir la
traiter, il ne faut cependant pas se tromper de déchiffrage. La véhémence d’Éric
aurait pu tout aussi bien être déchiffrée comme le fait d’un emmerdeur et être
punie d’un plus de prison pour lui faire entendre raison. C’est donc affaire de lecture.
C’est donc affaire de politique de la psychanalyse.

 

La haine dans le lien social Quelques conséquences cliniques
Caroline LEDUC

La haine ne disparaît pas en fin de cure, elle ne se dissout pas dans le procès
symbolique qui en détermine des étapes. Elle est au contraire sans doute précisément
en jeu dans l’opération de la fin de la cure et relevée comme telle par
Jacques-Alain Miller qui la détache comme « un éminent sentiment post analytique
1 ».
Il poursuit en avançant que l’analyste mérite cette haine que peut lui vouer
l’analysant qui vient d’achever son analyse « pour avoir détruit, travaillé contre
l’homéostase du sujet.On voit bien que, lorsque le sujet se sépare du lieu de l’Autre,
il peut laisser du côté de l’Autre ce petit a horrible, c’est la fonction poubelle de
l’analyste, qui, il faut le constater, peut continuer à causer la haine après l’analyse.
2 »
De cette haine inextinguible, il s’agit d’être averti pour ne pas l’accomplir mais
en faire le lieu d’un acte qui permette d’être dupe du discours de la bonne manière

 

Le fantasme, le miroir, le regard
Laurent DUPONT

L’angoisse dans mon rapport au féminin s’accompagnait d’affect de colère, de
haine, de rejet. Tout un appareillage signifiant et fantasmatique me permettant de
produire un point d’où me voir aimable, escabeau, me permettant de construire
un croisement entre narcissisme et sublimation. Cette construction s’est poursuivie
à l’âge adulte et a rempli des années de mon analyse. Jusqu’à nommer l’os du
fantasme : « ça crie fils ».