Vous êtes ici : Accueil Colloque
Grizzly Man

Grizzly Man de Werner Herzog

Vers le Colloque Folies... Ce qui ne cesse pas du 5 décembre à Amiens

Ciné-discussion à Reims 

 Grizzly Man de Werner Herzog

avec Catherine Stef

 

Colloque2015AFFICHE petite

Colloque 2015 FolieS, ce qui ne cesse pas

Télécharger l'affiche, le bulletin d'inscription, le dépliant.

 

En 1976, René Allio, assisté de Nicolas Philibert, réalisait Moi, Pierre Rivière ayant égorgé ma mère, ma sœur et mon frère..., issu du journal d'un jeune paysan du XIXe siècle. Ce film détaille une folie que Michel Foucault identifiera comme un « point zéro » d'où se jauge la distance qui sépare les discours, et permet d'apprécier les « rapports qui s'établissent entre  eux »1.

Le symptôme et la parole

    A la même époque, Lacan interroge le symptôme, son sens comme sa fonction et cette subversion donne à ce terme un tout autre empan, soit l'armature et le nouage propre à chaque sujet. Cette définition tranche ainsi avec celle du discours médical dont il est issu. Ce n'est plus ce qui fait obstacle à la santé, laquelle s'appréhende classiquement comme « silence des organes »2. Il devient la condition du parlêtre (Lacan) et se trouve déterminé par un engagement dans la parole de celui qui le supporte. Dès lors, l'enjeu thérapeutique s'en trouve déplacé : il n'est plus une affection que l'on guérit ou un trouble que l'on éradique. Le symptôme a partie liée avec ce qui ne cesse pas, ce dont chacun témoigne par ce grain de folie qui l'habite et l'enjeu devient un véritable savoir y faire avec ce reste.

    En quoi la « folie » concerne-t-elle chacun de nous ? L'on connaît l'appréciation de Lacan à ce propos - tout le monde délire -, pour dire combien la normalité œdipienne n'est qu'une fiction socialement partagée pour affronter le sexe et la mort.
    


 Folies toujours

 

    Mais ce relativisme ne doit pas nous égarer : la psychose comme telle a disparu des classifications.
    Quels dispositifs construire à l'heure où la psychiatrie se délite ?
    Quel bricolage mettre en place lorsque le refuge asilaire, en ruine, laisse les sujets psychotiques à l'abandon ?

    L'offre de la psychanalyse consiste à prendre en compte pour chaque sujet de l'inconscient ce qui ne cesse pas, au titre d'une folie qui lui est propre : notre journée s'attachera à décliner ses formes contemporaines, qui colorent4 la société, reflètent et imprègnent l'état du lien social. C'est ce réel hors discours, qui court toujours, sous divers noms, celui de folie, et quelques autres noms que nous tenterons de recenser. Ce savoir y faire s'invente au quotidien dans les lieux où la rencontre avec au moins un intervenant peut permettre un apaisement notoire. Mais nommer, donner à voir, détourner, exhiber ou voiler ce réel, c'est aussi ce que les artistes d'aujourd’hui s'attellent à faire, en réinventant les formats, les matières, les propositions, qui deviennent performances, installations, éphémères, ou évolutives, work in progress. Plus que jamais ils nous « fraient la voie »5, eux qui sont aux premières lignes avec ce qui ne cesse pas – où l'œuvre véritable se trouve toujours dans celle à venir.  

    Nous explorerons ces différentes voies tout au long de la journée, en nous appuyant sur les exposés qui auront été retenus parmi les travaux préparatoires pour leur justesse et leur proximité avec ce réel que nous essaierons de cerner.


1.  Foucault M., présentation de Moi…, Gallimard Julliard, Collection Archives, 1976.
2. « La santé, c’est la vie dans le silence des organes » (René Leriche, « De la santé à la maladie ; la douleur dans les maladies ; où va la médecine ? », Encyclopédie française, t. VI, 1936).
3. Lacan J., Le séminaire, livre X, L’angoisse (1962-1963), texte établi par J.-A. Miller, Seuil, coll Champ Freudien, 2004, p.138.
4. Lacan J., « Hommage à Marguerite Duras », Autres Ecrits, Seuil, 2001, p. 193.

 

Thématiques

/ Bidouillages et autres inventions : savoir y faire avec ce qui ne cesse pas

/ Le corps symptôme

/ Nouveaux lieux, nouveaux liens

/ Tentations scientifiques : faire taire ce qui ne cesse pas

/ Quand l'artiste fraie la voie

 

• Conversation avec Nicolas Philibert, réalisateur
(La moindre des choses, Retour en Normandie, ...)

• Conférence d’Eric Laurent, psychanalyste membre de l’ECF,
(Lost in cognition, La bataille de l'autisme, ...)